Ecritel à la conquête de l’ouest !

Ecritel poursuit son développement en Amérique du Nord en s’installant à New-York et transforme son cœur de réseau en un carré reliant ses deux data-centers français à ceux du Canada et des Etats-Unis.

Une installation à New-York

Ecritel s’installe à New-York, la société sera désormais présente au 60,
Hudson Street, le bâtiment historique des télécommunications de la Big Apple. Le 60, Hudson Street fut en effet le commutateur de la Western Union en 1928, pour devenir aujourd’hui l’un des centres d’hébergement les plus actifs des Etats-Unis.

Ecritel, présent à Montréal depuis 2009, renforce ainsi sa présence en Amérique du Nord et transforme son cœur de réseau en un carré reliant les deux data-centers français, le Canada et les USA. Lorsqu’un client d’Ecritel est en voie de signer des contrats importants aux USA, la société,
connue pour sa réactivité, mobilise sa filiale de Montréal et décide de s’implanter sur la côte Est des Etats-Unis. « Notre volonté est tout d’abord d’offrir un réseau de grande qualité à nos clients actuels, mais également de développer notre clientèle nord-américaine. », explique Thierry Louail, Président d’Ecritel.

Un cœur de réseau franco-américain

En se dotant de son propre réseau en Amérique du Nord, Ecritel va améliorer la qualité des services fournis à ses clients présents à l’international ou ayant des perspectives de développement. En effet, grâce à :

  • une haute connectivité en limitant le nombre d’intermédiaires,
  • une connexion à des points d’échange locaux,
  • une continuité de service garantie par une indépendance vis-à-vis des fournisseurs d’accès (l’infrastructure repose sur plusieurs opérateurs),
    Ecritel assure une connectivité nettement meilleure à ses clients.
« Désormais, nous avons notre propre Autonomous System en Amérique du Nord comme en Europe et deux liaisons transatlantiques. À terme, nous aspirons à mondialiser notre infrastructure Cloud pour permettre à nos clients de migrer leurs machines virtuelles d’un continent à l’autre en toute transparence. »

Thierry Louail
Partagez :